Categories

Accueil > Société > L’éducation par Krisnamurti

13 février 2013
redac

L’éducation par Krisnamurti

par Rosemonde Vagh Weinmann, 21 ans, Paris

À l’heure où les réformes au sein de l’Education nationale font couler de l’encre, lire Krishnamurti revient à bousculer nos convictions, mêmes les plus ancrées. Ce penseur a une conception de l’enseignement très vivante. Ce n’est pas la législation, la structure de notre éducation qu’il va analyser, mais notre façon de nous y conformer. En 1895, c’est en Inde, dans la région de Madras, que naquit Jiddu Krishnamurti. Dès l’âge de 13 ans, il est pris en charge par la Société théosophique qui voit en lui, le futur Instructeur du monde. Très vite, il se révèle un penseur de grande envergure. Cependant, il est totalement rétif au rôle de gourou que la Société Théosophique voulait lui attribuer. Il rompt avec le groupe, à l’âge de 19 ans, en déclarant : « La vérité est un pays sans chemin ».

Son livre Réponses sur l’éducation remet en cause le système d’apprentissage établi. Il préconise l’autodiscipline plutôt que l’autorité qui, selon lui, amène l’étudiant à une accumulation de connaissances automatisées. Le système éducatif traditionnel pousse à être toujours plus ambitieux et compétitif. La rivalité et la réussite sont-elles nécessaires à l’enseignement ? Pour Krishnamurti, cela conduit au savoir, pas à l’intelligence ni à la sensibilité au monde ou à autrui. Apprendre revient à penser clairement, sainement, et objectivement. L’intelligence doit être « innocente  », indépendante des émotions personnelles, des opinions et des jugements. Il ne s’agit pas d’être passif, mais pleinement attentif, vif, et oublier la récompense. Vivre dans l’attente, en se projetant dans un idéal, apporte frustration, affliction, vanité et orgueil. L’éducation doit sortir de ses structures préconstruites et de sa quête de réussite individuelle. Pour Krishnamurti, les images que l’on projette sont conditionnées par le « connu ». Apprendre, c’est voir le fait en soi, dénué de toutes représentations.

Commentaires

1 Message

Répondre à cet article