Categories

Accueil > Monde > En Angleterre, colère contre les politiques qui visent les habitants du (...)

16 avril 2013
Harry Cross

En Angleterre, colère contre les politiques qui visent les habitants du logement social

Le gouvernement britannique veut réduire l’aide sociale que reçoivent les habitants du logement municipale tenant une chambre non-occupée. Depuis son entrée au pouvoir en 2010, le gouvernement d’alliance conservateur-libérale s’est adopté une austérité volontaire. Sa politique consiste à faire payer la crise aux pauvres en donnant des bénéfices fiscaux aux riches, dans le but de relancer la croissance du secteur privé, ce qui c’est désormais pas apparu. Le parti travailliste a nommé cette nouvelle mesure un « impôt sur les chambres » (Bedroom Tax). Des mobilisations populaires d’opposition se sont organisées aux 57 villes britanniques.

Le gouvernement britannique veut réduire l’aide sociale que reçoivent les habitants du logement municipale tenant une chambre non-occupée. Depuis son entrée au pouvoir en 2010, le gouvernement d’alliance conservateur-libérale s’est adopté une austérité volontaire. Sa politique consiste à faire payer la crise aux pauvres en donnant des bénéfices fiscaux aux riches, dans le but de relancer la croissance du secteur privé, ce qui c’est désormais pas apparu. Le parti travailliste a nommé cette nouvelle mesure « l’impôt sur les chambres » (Bedroom Tax).

Le gouvernement défend sa proposition en disant qu’il va réduire le déficit de l’état en diminuant ce qui est payé en aide pour le logement social, tout en remplissant plus efficacement le logement social du pays. Le NGO Shelter a identifié plusieurs cas dans lesquels des habitants d’HLM seront punis par cette mesure. Des chambres occupées par des membres de famille qui visitent régulièrement – des enfants de parents divorcés, par exemple – seront taxés. Si un couple occupe deux chambres pour des raisons médicales, l’impôt s’appliquera également. Il y a une semaine, le gouvernement a dû modifier sa proposition pour exclure les familles des militaires qui n’habitent pas au domicile en permanence.

Cette politique antipauvre du gouvernement a provoqué de la colère populaire et des manifestations aux plus de cinquante villes britanniques. Dans la région du Nord Est qui se prépare à des élections locales en mai, beaucoup d’habitants d’HLM qui disposent de revenus fort limités craignent l’application de cet impôt. Plusieurs ont été conseillés par les autorités locales de chercher un locataire, car il n’existe aucune alternative comme logement. Il existe une forte insuffisance de logement sociale en Angleterre depuis les années quatre-vingts quand le gouvernement conservateur de Margaret Thatcher aux qui les a vendus en masse au marché privé.

L’opposition parlementaire du parti travailliste essaye en ce temps de faire passer un impôt sur les grandes maisons privées (surnommé le « Mansion Tax »). « Le contraste est étonnant » selon un manifestant à Durham, « le gouvernement conservateur et ses alliés ne veulent pas taxer les domiciles des riches dont ils font part. Désormais, ils se contentent d’imposer de nouveaux impôts aux habitants du logement social ! » Il portait un placard démontrant un grand château et un petit HLM à côté. La légende lisait : « taxer cette maison ! Pas celle-ci ! »

Commentaires

2 Messages

Répondre à cet article