Categories

Accueil > Société > Anti-mariage pour tous : entre intolérance et débordements.

16 avril 2013
KatiaG

Anti-mariage pour tous : entre intolérance et débordements.

Ils étaient 1,4 million selon les organisateurs, 300 000 selon la police. Depuis dimanche, la bataille des chiffres fait rage et chacun y va de sa propre explication afin de démontrer la pertinence de sa méthode de comptage.

Mais, laissons de côté cette polémique quelques instants afin de s’intéresser à ce qu’il s’est réellement passé au sein de cette manifestation parisienne contre le mariage pour tous. Difficile de rester indifférente face à la violence des propos et des actes de ceux qui osent se prétendre défenseurs des valeurs de protection, de partage et d’amour. Un discours très étonnant au vu des images d’affrontements entre manifestants et CRS où l’on distingue clairement des parents se servir de leurs jeunes enfants comme boucliers humains. Et oui cher(e)s opposants, il y a des caméras partout…

Hélas, « la manif pour tous » rebaptisée par les twittos #Manif de la Honte a fait quelques dégâts dans le cœur des partisans de la tolérance et du respect d’autrui. La consternation a aujourd’hui fait place à la tristesse et de nombreuses questions se posent désormais : ces gens là ont-ils vraiment conscience du poids des mots qu’ils utilisent ? Sont-ils capables de comprendre le sens du mot égalité ? Ont-ils d’autres arguments que la provocation ?

Une chose est sûre, l’ensemble des slogans injurieux inventés par Frigide Barjot et ses partisans visent à attirer l’attention des médias et du gouvernement. Une stratégie qui semble bien fonctionner. En effet, tout le monde a encore en tête la fameuse accroche « On veut du boulot pas du mariage homo ». C’est court, ça rime, c’est percutant, en revanche on ne voit pas vraiment le lien entre ces deux thèmes de société. Gare aux amalgames !

Alors, quel comportement faut-il adopter face à tant de haine ? Essayons l’humour, car après tout, un mariage gay vaut mieux qu’un mariage triste, non ?

Commentaires

Répondre à cet article