Categories

Accueil > Politique > Lettre ouverte d’un Indépendant en réponse aux excès de zèle de Marine Le (...)

14 octobre 2013
Ismaël Boudjekada

Lettre ouverte d’un Indépendant en réponse aux excès de zèle de Marine Le Pen

Madame le Pen,

Il y a peu de temps, lors de votre passage à Sochaux (25), nous avions eu l’occasion de se rencontrer et de débattre d’une manière presque totalement apaisée (si l’on oublie les insultes que vous avez proféré à mon égard). Fruit du hasard, nous prenions ensuite le même train de Belfort TGV à Paris Gare de Lyon, où votre berline vous attendait.

L’imbécile du système favorable à l’Union Européenne, que selon vous je suis, prend sa plume aujourd’hui afin de dire à la présidente de ce parti xénophobe, nostalgique de l’époque de Vichy ou pour faire court d’extrême droite (j’ai de très bons avocats, si besoin), ô combien vos excès de zèle m’exacerbent. Cela commence par Brignoles où votre candidat est arrivé en tête des cantonales avec 40% des suffrages exprimés. Résultat à relativiser lorsque l’on sait que 67% des électeurs se sont abstenus. Ensuite, vient ce sondage relatif aux élections européennes qui vous place premier parti de France. Qu’en penser si ce n’est que les européennes sont saisies par près de 4 français sur 10 seulement et qu’une fois encore, les sondages que vous vantez sont les mêmes que ceux que vous dénonciez en mai dernier ? Votre double discours tourne à la logorrhée, laissez-moi vous affirmer que vous me faite doucement sourire.

Depuis notre entretien improvisé, l’intégralité des débats qui devaient m’opposer à vos cadres ont été annulés : de Marion Maréchal Le Pen, en passant par Julien Rochedy ou Louis Aliot, qui m’a d’ailleurs envoyé personnellement un SMS après que vous lui ayez détaillé notre discussion.

Candidat aux élections européennes face à Bruno Gollnisch, grand ami des neonazis européens, accessoirement votre bras droit, je l’ai appelé à débattre, en vain. Une fois encore, je vous répète ce que devant vous j’affirmais : le front national est un parti sectaire, fricotant avec les grandes mouvances traditionnelles et n’est pas moins qu’un membre du système à part entière. Preuve en est faite lorsque vous donnez l’ordre de refuser tout débat face à l’un des responsables du Mouv-En, ou moi-même.

Par ce courrier, je vous demande, ouvertement, de corriger ce déni démocratique et de permettre à l’électorat de la circonscription grand-est de pouvoir se rendre aux urnes en toute connaissance de cause. Je vous demande, en d’autres termes, d’accepter un débat m’opposant à Bruno Gollnisch, député européen. Votre parti se réclame du peuple de France. Ses candidats ne devraient, de fait, écarter les mouvances indépendantes. Ceci dit, vous mettez sous le feu des projecteurs une vérité incontestable : le front national serait incapable de débattre sur le fond de son projet et c’est ainsi qu’il refuse la confrontation de projets face à celles et ceux qui n’ont pas de bilan à se reprocher.

Commentaires

3 Messages

Répondre à cet article