Categories

Accueil > Libres-échanges > Algérie : ce fief révolutionnaire !

28 octobre 2013
Camil Antri-Bouzar

Algérie : ce fief révolutionnaire !

" Notre pouvoir sait très bien que le jour ou il laissera la culture s’exprimer, ce sera le langage de la révolution qui prendra le dessus. Notre culture est profondément révolutionnaire. Notre mythe fondateur est la révolution algérienne !" Amazigh Kateb

L’Algérie est le 1 er pays du continent africain qui ait conquis son indépendance les armes à la main. 132 ans de lutte et 7 années de guerre sanglante pour arracher à ces impérialistes : l’indépendance nationale conquis par la foi à la liberté et à l’égalité.
Aujourd’hui, que reste-il de cette immense héritage historique que nous ont légués nos martyrs de la révolution ?

Le peuple algérien possède en lui un génie africain, un faisceau de caractères premiers, de forces et d’instincts pour produire un tempérament spécifique : la flamme révolutionnaire !
A travers les époques que nous pouvons observer : on remarque un combat perpétuel , une dénonciation sans faille et sans relâche du colonialisme, de l’impérialisme et de la hogra*.
Remémorons-nous quelques instants la glorieuse résistance de Jugurtha face à l’empire romain ou de la lutte de la Kahena contre l’expansion islamique en Afrique du Nord.
Il ne faut pas oublier aussi l’opposition farouche et courageuse de l’Emir Abdelkader contre l’exploitation et l’armée française et de la même manière se souvenir des nombreux algériens berbères sortis dans les années 80 pour dénoncer l’aliénation culturelle de l’Algérie au profit de l’arabisation et revendiquer un statut plus important dans la société algérienne de la langue berbère, la langue de nos ancêtres face à l’autoritarisme politique et culturel du pouvoir oligarchique du FLN à l’époque !

Ainsi : notre histoire, notre culture et notre patrimoine est construit à partir de la révolte, de l’insoumission et de la désobéissance civile face à un pouvoir qui nous opprime. Citons pour illustrer notre propos Amazigh Kateb : " Notre pouvoir sait très bien que le jour ou il laissera la culture s’exprimer, ce sera le langage de la révolution qui prendra le dessus. Notre culture est profondément révolutionnaire. Notre mythe fondateur est la révolution algérienne !"
Aujourd’hui : nous lycéens, nous étudiants et nous jeunes avons un devoir de revendication à cet héritage révolutionnaire et ainsi se l’approprier pleinement pour l’accomplissement d’autres révoltes sociales, économiques et de toujours dire non à l’injustice, à l’inégalité et à la dictature d’ou qu’elles viennent ! Une jeunesse ne vivant pas de rêve, ne vivant pas d’espoir et ne vivant pas de révolution est une jeunesse qui ne se cherche pas ,qui est perdue, qui accepte la soumission à un pouvoir autoritaire et à une classe bourgeoise de plus en plus arrogante face à des algériens ne trouvant que des embarcations de fortunes appelés "harraga" pour aller à la recherche d’un meilleur monde !
Notre défi aujourd’hui, c’est de dire stop à ces poulpes capitalistes, à ces réformes de libéralisation de la société ne cherchant qu’à la maximisation des profits de certains au détriment des classes populaires ne trouvant ni débouchée d’avenir, ni emploi stable et décent !
Réconcilions-nous avec notre histoire, notre culture et notre patrimoine et comme disait Stéphane Hessel "indignons-nous !"

*hogra= mot proprement algérien qui désigne en quelques sortes l’abus de pouvoir et l’oppression des forts face aux faibles

Commentaires

Répondre à cet article