Categories

Accueil > Libres-échanges > Laon , une ville , un hôpital , un combat

13 août 2012
yan ruder

Laon , une ville , un hôpital , un combat

La ville de Laon est une petite ville de province paisible comme il en existe tant d’autre , ses remparts et sa cathédrale font sa fierté .Mais derrière cette image d’Epinal se cache une réalité moins bucolique . Une réalité sociale abrupte : ici comme ailleurs, la désindustrialisation a fait des ravages , les plans sociaux et les fermeture d’usines se sont multipliés ces dernière années .

Une ville administrative

Une des caractéristiques de la ville préfecture de l’Aisne est son caractère administratif .Mais pour les services publics aussi les temps sont difficiles , les emplois disparaissent à un rythme soutenu , la ville se meurt .Personne ne trouve rien à y redire !!!!!!

Et maintenant l’hôpital

Alors quelle solution peut-on envisager pour inverser le cours de l’histoire ?
Les pouvoirs publics ont choisi de jouer la carte de la concurrence, la sainte concurrence qui aujourd’hui règne sur l’Europe entière , avec les résultats que l’on connaît . Les services publics en particulier paient souvent la facture de la comptabilité libérale . A Laon aussi même quand il s’agit de la santé , l’aspect humain est relégué au second plan .L’avenir de l’hôpital public est en jeu . Depuis quelques mois les projets de l’agence régionale de santé ne laissent plus planer le doute . Pour le département de l’Aisne et ses 540 000 habitants, les moyens alloués à la santé seront répartis en 2 territoires : un au nord axé sur l’hôpital de Saint quentin et un second au sud avec l’hôpital de Soissons . Les élus n’y voient aucun problème , un élu UMP d’un autre département a bien dit en parlant d’un cas similaire que nous vivions dans une société ou il était normal de faire 80 km pour aller dans un centre commercial , alors on peut bien en faire 50 pour se rendre à l’hôpital ….......

Un gaspillage d ’argent public scandaleux

On pourrait penser que tout ceci est dans l’air du temps , c’est la crise nous dit-on , l’argent se fait rare , il faut se serrer la ceinture .Oui mais , paradoxalement cet hôpital laonnois aujourd’hui en danger a fait l’objet d’importants investissements depuis 2005, date à laquelle a été posé la première pierre d’un nouveau bâtiment se voulant ultra moderne . Nous sommes 7 ans plus tard , le nouveau bâtiment existe , mais il est vide . Le matériel est là aussi , mais il dort dans des pièces fermées , et juste pour l’anecdote les portes ont du être agrandies , personnes n’avaient pensé que dans un hôpital on déplaçait des lits médicalisés dans les couloirs. Une belle coquille vide qui devait accueillir une nouvelle maternité , mais aux dernières nouvelles, les statistiques des naissances ne sont pas celles escomptées , le projet est donc ajourné .

La lutte s’organise

Ce genre d ’exemple de gestion des deniers peut se multiplier , l’héliport a été déplacé plusieurs fois entre la ville haute et la ville basse . Il devait être utilisé par le SAMU , mais personne n’avait pensé qu’un camion de pompier pourrait être amené à s’y rendre .On a donc du engager de nouveaux travaux pour permettre une meilleure accessibilité. Enfin peu importe, désormais le SAMU et son hélicoptère ont quitté Laon pour Amiens .Face à cette situation , les salariés de l’hôpital de Laon qui constatent le gâchis en cours tentent d ’alerter la population .Le syndicat CGT de l’hôpital en tête dénonce l’abandon programmé d’un service public de santé de proximité .Aujourd’hui déjà, il est plus rapide et plus simple d’obtenir une consultation privée au sein même de l’hôpital public .C’est plus rapide certes, mais pas au même tarif .C’est la mise en place d’une réelle santé à deux vitesses . Les personnels , les syndicalistes et les citoyens rejettent cette idée. Ensemble, nous rappelons qu’un accès égal à la santé est un droit constitutionnel stipulé clairement dans le préambule de la constitution de 1946 .Mais plus encore, c’est un droit humain fondamental .

Les élus locaux, qu’ils soient UMP ou PS, se désintéressent curieusement de cette question .Les premiers défendent sans le moindre remords la mise en concurrence des territoires et on fait des logiques comptables un dogme inattaquable .Les seconds, se préparent peut-être à soutenir une nouvelle décentralisation. Celle-ci s’apparenterait plus à une régionalisation donnant le coup de grâce aux services publics de proximité et à la santé pour tous et partout sur le territoire national .

Le front des luttes est indispensable

Le sort en est-il jeté ?Rien n’est moins sûr . La mobilisation sur cette question comme pour les autres peut avoir des résultats inespérés . Et aujourd’hui seules des mobilisations citoyennes et convergentes de toutes celles et ceux désireux de défendre un accès égal à la santé pour tous peut faire bouger les choses .Ensemble citoyens , syndicalistes , progressistes et humanistes en tout genre, nous pouvons faire plier les logiques libérales et rendre sa place à l’humain .

Commentaires

1 Message

Répondre à cet article